Archives de Tag: catherine trautmann

Européennes 2009 – Il est temps de changer !

Tract MJS67 - Europe il est temps de changer !

Retrouve le tract en cliquant ici

Poster un commentaire

Classé dans Matériel Militant

Paquet télécoms : Catherine Trautmann fait le point

Chers internautes !

Merci de votre vigilance et de votre soutien.

Si nous en sommes aujourd’hui à parler de cet amendement c’est bien parce que jusqu’au bout de la procédure, le Parlement (et de fait moi-même en tant que Rapporteure) l’avons défendu face à la réticence répétée du Conseil de l’Union européenne, qui voulait l’éliminer. L’amendement 138 ayant été soutenu par une écrasante majorité du Parlement, je l’ai bien sûr redéposé dans mes recommandations de deuxième lecture (sous la numérotation 46). Je tiens à rappeler que cet amendement reste la dernière position adoptée et validée par le Parlement Européen avant le vote en ITRE du 21 avril 2009.https://i1.wp.com/digitalpilgrim.typepad.com/the_digital_pilgrim/WindowsLiveWriter/ITTelecomstrendsin2007_6DDC/telecoms_cabling%5B2%5D.jpg

Les principaux enjeux du « paquet télécoms » sont les suivants:

– le secteur des télécommunications est de ceux qui peuvent directement investir de l’argent privé et donc soutenir l’économie et l’emploi en Europe sans drainer les fonds publics utilisés en soutien à d’autres activités plus durement touchées par la crise. La contribution des télécommunications dans l’économie est passée de 218 milliards d’euros en 2000 à 374 milliards en 2007 avec des prévisions à 512 milliards pour 2013. Je me dois également d’écouter les préoccupations des salariés qui veulent être rassurés sur la possibilité de relance et sur la capacité d’investissement de leur entreprise.

– les consommateurs se verront mieux protégés et seront les premiers bénéficiaires de l’essor de nouveaux services, de meilleure qualité et à un prix juste.

– le Parlement entend évidemment défendre la question des libertés fondamentales même si rappelons-le, cette question n’était pas à proprement parler dans le périmètre initial de ce Paquet.

Je vous assure que je suis parfaitement consciente de l’importance de ce troisième point et que l’objectif que je dois rechercher en tant que rapporteure au Parlement européen est d’obtenir un accord global sur le paquet dans le respect de l’amendement 138/46. Ceci ne doit en aucun cas être synonyme de compromission avec le gouvernement français dont l’approche de base, que je ne peux cautionner, a été une mise en opposition directe des intérêts des artistes contre ceux des citoyens, sans recherche d’une solution techniquement crédible, qui respecte les droits fondamentaux et qui réponde à son objet premier, c’est-à-dire précisément la rémunération de la création.

Je vous remercie encore de votre soutien et je vous assure que je ne suis pas prête à lâcher.

La difficulté ici est de parvenir, lors des négociations, à gérer l’ensemble des contraintes sans opposer aucun droit.Quand un paquet comme celui-ci est négocié (rappelons qu’en 2007 le secteur des télécommunications en Europe était à l’origine de 3,56 millions d’emplois, un chiffre qui pourrait atteindre 3,71 millions en 2013!), il est fort délicat d’opposer aux droits fondamentaux le droit des salariés à avoir un travail, le droit des entreprises à investir et celui des consommateurs à bénéficier de services de qualité.

Je vais donc rester dans le même état d’esprit sans me laisser imposer des contraintes dictées pas le Conseil… dont vous pourriez peut-être enrichir la réflexion par votre amicale pression !?

Bien cordialement

Catherine Trautmann

Poster un commentaire

Classé dans Actualité

Débat entre les têtes de liste : Cafébabel Strasbourg

Poster un commentaire

Classé dans Vidéos

Présentation de la liste

Poster un commentaire

Classé dans Actualité, Vidéos

Catherine TRAUTMANN à la rencontre des viticulteurs et producteurs laitiers Alsaciens

Ce que nous retenons de ces échanges Les viticulteurs ont fait part à Catherine TRAUTMANN de leur inquiétude de voir une profession autrefois très valorisée portée aujourd’hui au rang de vendeur de produits nocifs. Catherine TRAUTMANN a souligné la nécessaire distinction à faire entre la question viticole et celle des addictions. Il faut éviter les caricatures et revenir à un débat scientifique avec des expertises fiables. Les viticulteurs ont aussi fait part de la pression qui pèse sur eux face aux différentes clich20090426203401normes et cahiers des charges imposés par les conservateurs européens. Ils souhaitent le retour d’un discours pédagogique sur la question et qu’on apprenne davantage aux gens à déguster le vin pour éviter les abus. Ils constatent aussi qu’aujourd’hui rien ne pousse un jeune à s’installer, encore moins à pratiquer une agriculture biologique ou raisonnée respectueuse de l’environnement. Ils souhaitent pouvoir contribuer plus facilement à la préservation de l’environnement et à continuer de jouer leur rôle, si important, de façonneurs de paysages et de terroirs. Les producteurs laitiers ont quant à eux fait part des difficultés et de leur inquiétude face à la baisse des prix du lait et donc de leurs revenus, et la nécessité de soutenir et de développer les formules coopératives. Ce que nous proposons – Redonner à la PAC tous les moyens de répondre aux enjeux agricoles et alimentaires d’aujourd’hui et de demain. – Parmi les objectifs à envisager, nous devons privilégier les aides aux « premiers hectares » pour soutenir « l’actif agricole » et limiter l’agrandissement. De même il paraît important d’abandonner des références historiques pour le calcul du Droit à Paiement Unique (DPU). – Enfin, il nous faut nous battre pour maintenir des outils de régulation essentiels pour l’agriculture européenne : La jachère (quitte à la fixer pour l’instant à un taux 0).
Les quotas laitiers (afin d’éviter une augmentation forte de la production et donc une diminution des prix et donc des revenus des producteurs de lait qui subissent déjà cette baisse depuis plusieurs années). – L’agriculture biologique et d’autres modèles d’agricultures économes doivent devenir les modes de production privilégiés en Europe, et ce, au regard des critères de performance sociale, environnementale et économique. Nous voulons que les consommateurs puissent accéder à des produits de qualité à des prix raisonnables, et ce, grâce à une politique d’incitation financière ambitieuse et de soutien à l’installation destinée à ce type de production agricole. – Nous nous battrons pour que l’agriculture participe à la lutte contre le réchauffement climatique, à la préservation de la biodiversité et à la protection des sols ; cela exige des changements fondamentaux dans la manière de concevoir les pratiques agricoles et la valorisation de modèles visant à produire plus et mieux. La journée s’est terminée avec une réunion publique avec Nathacha Paris et Remi Vettor autour de Catherine Trautmann

Poster un commentaire

Classé dans Actualité